> Bordeaux 2010… un autre grand millésime?


Bordeaux, Vendanges 2010… Un autre grand millésime ???

Chers Amis passionnés de la dive bouteille...

Je suis de retour des vendanges à Bordeaux où déjà certains propriétaires pensent tenir en main leur ...plus grand millésime... Oui, ils sont fatiguants à force de produire des "millésimes du siècle" tous les 3 ans et surtout à ne raisonner que selon les sirènes de l'argent...

2010 présente certes un très joli potentiel mais les vins sont loin d'être terminés (ils n'ont même pas fini de fermenter) et, en ce qui me concerne, j'estime le potentiel qualitatif global de la région inférieur au millésime 2009 qui était un millésime harmonieux et sans excès. J'ai réalisé un reportage très intéressant sur ce 2010 avec de VRAIES INFORMATIONS et pas de la pub ou de l'intox car, hélas, dans ce métier, les analyses superficielles qui ont pour seul objectif de simplifier à l'extrême (le millésime est génial ou pas bon... entre les deux extrêmes il y a rarement une approche objective et réaliste) ou de gonfler les prix jusqu'à l'écœurement font la loi sur le net et ailleurs.

Prenez donc le temps de visionner ce film qui vous apportera de éléments concrets d'INFORMATION (pas de la sensation ou de l'"à-peu près")




On peut dire que 2010 clôture une trilogie en tous points comparable à 1988, 1989, 1990... A ce sujet, tous les propriétaires étaient d'accord avec moi. 2010 est très clairement marqué par la sécheresse (comme l'était 1990) avec deux conséquences majeures, et non des moindres:

1) des niveaux de sucres encore jamais atteints par le passé (donc un degré d'alcool à ce point infernal qu'on peut se demander quels sont tous les "chipotages" auxquels nous allons avoir droit: mouillage des vins - interdit; acidification - néfaste pour les tannins et l'assèchement en bouche (si caractéristique des 2005 que l'on nous présente comme "fermés"!); osmose inverse - interdite mais largement pratiquée par les crus les plus célèbres (Cos d'Estournel, Pavie... pour mémoires... tous ces Châteaux ont été rachetés par des industriels de la distribution ou de la consommation qui appliquent désormais les mêmes méthodes que dans l'industrie agro-alimentaire)... Bref, pas que des belles choses en vue, hélas.

2) Des acidités déficientes car la vigne a "consommé" ses acides durant la sécheresse.

La qualité des tannins sera aussi très inégale selon le type de viticulture et les cépages car, si les propriétaires ont vendangé si tardivement, il y a bien une raison: les tannins n'étaient pas mûrs! Est-ce là vraiment la caractéristique d'un millésime que l'on veut déjà qualifier "d'anthologie" ????

Enfin, un dernier point, et non des moindres, cette vendange est une vendange extrêmement tardive...comme 1975, 1979, 1993 et 2002... Bref, pas que de bons souvenirs! Ce type de date de vendanges N'A JAMAIS CORRESPONDU à un grand millésime. Cela, avant d'entonner les trompettes de la gloire, les Bordelais qui aiment parfois avoir la mémoire courte mais le compte en banque bien rempli (pas tous, il faut bien le préciser), devraient pourtant s'en rappeler.
Ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit. Il y aura clairement de très grands vins en 2010 mais ce sera un millésime très inégal, et donc fondamentalement différent de 2009 à cet égard.
Par ailleurs, on se trouve sur un millésime d'excès avec, par définition, tous les problèmes que cela implique et que je viens de citer.

Clairement, plus que dans les autres années les vins biologiques et/ou biodynamiques auront un TRES NET avantage et ce pour les raisons suivantes:

1) Le fait de ne pas recourir aux anti-botritys permet aux peaux des raisins de rester plus minces et plus souples (les produits utilisés actuellement contre la pourriture durcissent et épaississent les peaux des raisins, entraînant un retard de plus de 8 jours pour la maturation des tannins) et d'être mûre bien plus tôt. Cette année les producteurs bio ont donc vendangé en moyenne 6 à 8 jours avant les autres avec, pour conséquence, un taux de sucre nettement moins élevé et donc moins de problème potentiel avec des degrés trop élevés.

2) Les vignes en bio ont leurs racines qui plongent plus profondément. Elles résistent donc bien mieux au stress hydrique puisque l'eau en profondeur peut être puisée.

3) Les vignes bio résistent beaucoup mieux à la sécheresse puisque les sols étant moins "salés" que les sols traités, la plante a des besoins très inférieurs en eau. (Pour comprendre cela il suffit de boire un verre d'eau salée en été et vous ressentirez la même chose que le pieds de vigne... une soif importante!)

4) Les raisins bios ont une acidité plus élevée et, en général toujours équilibrée... magie de la nature que l'on ne perturbe pas. Cette différence sera décisive dans la qualité des vins car on peut affirmer sans grand risque de se tromper que près de 40 à 50% des vins de Bordeaux devront recourir à l'acidification en 2010. (en fonction des terroirs et des cépages...)

Les années se suivent et se ressemblent... des études s'intéressent de plus en plus à cet aspect cyclique des millésimes. Il semblerait d'ailleurs que beaucoup de choses soient liées à la période de la floraison qui, apparemment, s'équilibrerait selon ce fameux cycle de 10 ans... affaire à suivre... On parle même à l'université de Bordeaux d'un "cycle hormonal décennal de la vigne". Cela ne me semble pas faux.

Bien à vous et en espérant que mon petit film vous apporte déjà un petit "feeling" sur ce fameux 2010... J'en ai profité pour goûter à nouveau les 2009. Là, je suis formel. C'est une année totalement exceptionnelle, non par ses excès, au contraire, mais par la totale perfection de son harmonie. Voilà au moins une chose établie.

Au plaisir de vous lire, de vous entendre ou de vous revoir,


Benoit De Coster

http://benoitdecoster.blogspot.com/
http://www.youtube.com/watch?v=eTMPe17bNYU

Agriculture engineer specialized in food chemistry (University of Louvain) and oenology (Bordeaux Talence)

Winemaker in Italy ("San Valentino" - Emilia-Romagna) & France ("Val D'Autan" - Languedoc-Roussillon & "Domaine de la Fourmente" -Visan)
Export Manager for a dozen Italian, South African and French Wineries
Author of "Bordeaux Alternatif" - Wine writer at "Le Magazine de L'événement", the n°1 Luxury Magazine in Belgium