> Envoyez vous en l'Air au PASS Winking


Le 16, 17 & 18 septembre au PASS à Frameries

Dinner In The Sky
des Chefs étoilés vous proposent un repas dans les airs… mais aussi repas au sol

Soirée à thème le mercredi 17 septembre, journée Spéciale Melchior-Vins
DinnerInTheSky-AirRflx
DinnerInTheSky-TerreRflx
DinnerInTheSky-PlanningRflx

> Confusion au plus haut niveau Winking


Voici un petit moment de distraction apporté par l’actualité du moment et le Clos Thou:

BD Hollande_Rflx

> Melchior-Vins dans le Guide des Cavistes de la RVF


Nous avons été sélectionnés dans le Guide des Cavistes édité par la Revue des Vins de France Edition 2013:

Guide-Cavistes-2013W3rflxGuide-Caviste-belgesW3rflx

> Vu dans la Revue des Vins de France 568


Vu dans la Revue des Vins de France 568 de Février 2013:
CoupCoeur-RVF-Alsace-RflxW3
Ostertag-Fronholz-09-RflxW3Ostertag-Fronholz-10-RflxW3

RVF-meilleurs-Loire-RflxW3Bertrand-Sourdais-RflxW3Pallus-13eme-RflxW3

> Vu dans la Revue des Vins de France 567


Vu dans la Revue des Vins de France 567 de Janvier 2013:
champagne-2002-RflxW3
Jacquesson-736-RfxW3Jacquesson-Avize-RfxW3
Chanson-La-Vougeraie-RfxW3


> Médaille d'Or pour le Château La Caminade



Bonnes nouvelles de notre ami Dominique Resses du Château La Caminade à Cahors:

> Bordeaux 2010… un autre grand millésime?


Bordeaux, Vendanges 2010… Un autre grand millésime ???

Chers Amis passionnés de la dive bouteille...

Je suis de retour des vendanges à Bordeaux où déjà certains propriétaires pensent tenir en main leur ...plus grand millésime... Oui, ils sont fatiguants à force de produire des "millésimes du siècle" tous les 3 ans et surtout à ne raisonner que selon les sirènes de l'argent...

2010 présente certes un très joli potentiel mais les vins sont loin d'être terminés (ils n'ont même pas fini de fermenter) et, en ce qui me concerne, j'estime le potentiel qualitatif global de la région inférieur au millésime 2009 qui était un millésime harmonieux et sans excès. J'ai réalisé un reportage très intéressant sur ce 2010 avec de VRAIES INFORMATIONS et pas de la pub ou de l'intox car, hélas, dans ce métier, les analyses superficielles qui ont pour seul objectif de simplifier à l'extrême (le millésime est génial ou pas bon... entre les deux extrêmes il y a rarement une approche objective et réaliste) ou de gonfler les prix jusqu'à l'écœurement font la loi sur le net et ailleurs.

Prenez donc le temps de visionner ce film qui vous apportera de éléments concrets d'INFORMATION (pas de la sensation ou de l'"à-peu près")




On peut dire que 2010 clôture une trilogie en tous points comparable à 1988, 1989, 1990... A ce sujet, tous les propriétaires étaient d'accord avec moi. 2010 est très clairement marqué par la sécheresse (comme l'était 1990) avec deux conséquences majeures, et non des moindres:

1) des niveaux de sucres encore jamais atteints par le passé (donc un degré d'alcool à ce point infernal qu'on peut se demander quels sont tous les "chipotages" auxquels nous allons avoir droit: mouillage des vins - interdit; acidification - néfaste pour les tannins et l'assèchement en bouche (si caractéristique des 2005 que l'on nous présente comme "fermés"!); osmose inverse - interdite mais largement pratiquée par les crus les plus célèbres (Cos d'Estournel, Pavie... pour mémoires... tous ces Châteaux ont été rachetés par des industriels de la distribution ou de la consommation qui appliquent désormais les mêmes méthodes que dans l'industrie agro-alimentaire)... Bref, pas que des belles choses en vue, hélas.

2) Des acidités déficientes car la vigne a "consommé" ses acides durant la sécheresse.

La qualité des tannins sera aussi très inégale selon le type de viticulture et les cépages car, si les propriétaires ont vendangé si tardivement, il y a bien une raison: les tannins n'étaient pas mûrs! Est-ce là vraiment la caractéristique d'un millésime que l'on veut déjà qualifier "d'anthologie" ????

Enfin, un dernier point, et non des moindres, cette vendange est une vendange extrêmement tardive...comme 1975, 1979, 1993 et 2002... Bref, pas que de bons souvenirs! Ce type de date de vendanges N'A JAMAIS CORRESPONDU à un grand millésime. Cela, avant d'entonner les trompettes de la gloire, les Bordelais qui aiment parfois avoir la mémoire courte mais le compte en banque bien rempli (pas tous, il faut bien le préciser), devraient pourtant s'en rappeler.
Ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit. Il y aura clairement de très grands vins en 2010 mais ce sera un millésime très inégal, et donc fondamentalement différent de 2009 à cet égard.
Par ailleurs, on se trouve sur un millésime d'excès avec, par définition, tous les problèmes que cela implique et que je viens de citer.

Clairement, plus que dans les autres années les vins biologiques et/ou biodynamiques auront un TRES NET avantage et ce pour les raisons suivantes:

1) Le fait de ne pas recourir aux anti-botritys permet aux peaux des raisins de rester plus minces et plus souples (les produits utilisés actuellement contre la pourriture durcissent et épaississent les peaux des raisins, entraînant un retard de plus de 8 jours pour la maturation des tannins) et d'être mûre bien plus tôt. Cette année les producteurs bio ont donc vendangé en moyenne 6 à 8 jours avant les autres avec, pour conséquence, un taux de sucre nettement moins élevé et donc moins de problème potentiel avec des degrés trop élevés.

2) Les vignes en bio ont leurs racines qui plongent plus profondément. Elles résistent donc bien mieux au stress hydrique puisque l'eau en profondeur peut être puisée.

3) Les vignes bio résistent beaucoup mieux à la sécheresse puisque les sols étant moins "salés" que les sols traités, la plante a des besoins très inférieurs en eau. (Pour comprendre cela il suffit de boire un verre d'eau salée en été et vous ressentirez la même chose que le pieds de vigne... une soif importante!)

4) Les raisins bios ont une acidité plus élevée et, en général toujours équilibrée... magie de la nature que l'on ne perturbe pas. Cette différence sera décisive dans la qualité des vins car on peut affirmer sans grand risque de se tromper que près de 40 à 50% des vins de Bordeaux devront recourir à l'acidification en 2010. (en fonction des terroirs et des cépages...)

Les années se suivent et se ressemblent... des études s'intéressent de plus en plus à cet aspect cyclique des millésimes. Il semblerait d'ailleurs que beaucoup de choses soient liées à la période de la floraison qui, apparemment, s'équilibrerait selon ce fameux cycle de 10 ans... affaire à suivre... On parle même à l'université de Bordeaux d'un "cycle hormonal décennal de la vigne". Cela ne me semble pas faux.

Bien à vous et en espérant que mon petit film vous apporte déjà un petit "feeling" sur ce fameux 2010... J'en ai profité pour goûter à nouveau les 2009. Là, je suis formel. C'est une année totalement exceptionnelle, non par ses excès, au contraire, mais par la totale perfection de son harmonie. Voilà au moins une chose établie.

Au plaisir de vous lire, de vous entendre ou de vous revoir,


Benoit De Coster

http://benoitdecoster.blogspot.com/
http://www.youtube.com/watch?v=eTMPe17bNYU

Agriculture engineer specialized in food chemistry (University of Louvain) and oenology (Bordeaux Talence)

Winemaker in Italy ("San Valentino" - Emilia-Romagna) & France ("Val D'Autan" - Languedoc-Roussillon & "Domaine de la Fourmente" -Visan)
Export Manager for a dozen Italian, South African and French Wineries
Author of "Bordeaux Alternatif" - Wine writer at "Le Magazine de L'événement", the n°1 Luxury Magazine in Belgium

> Notre visite à Vinexpo Bordeaux 2009




>>> Quelques instantanés, avant les images !!!


• Les meilleures dégustations de Vinexpo: … en dehors de Vinexpo !
• La personnalité la plus sympa: … Olivier Poussier, meilleur sommelier du monde 2000
• Le vigneron le plus déjanté: … Philippe Charlopin, Bougogne
• Le vigneron le plus cool: … Thierry Germain, Saumur Champigny
• Le plus timide: … Pierre Morey, Meursault
• Qui parle le plus vite: … Mathieu Barret, Cornas
• Le plus intéressant à écouter: … Didier Baral à Faugère
• La plus surprenante: … Lalou Bize-Leroy
• La plus prolixe: … Madame Valette de Macon
• La moins sympa: … Dominique Hauvette, comme d’habitude Prix Citron
• Le plus sympa: … André Ostertag, Alsace
• Le plus discret: … Philippe Alliet, Chinon
• Les plus beau favoris 
Winking : … Ceux de Ricardo Palacios
• Les plus beau favoris coupés: … Ceux de Bertand Sourdais « Bebert »
• Le vin blanc le plus droit, le plus long, le plus équilibré: … Meursault Perrière de J-M Roulot
• Le plus mythique : … Le Richebourg de Lalou Bize-Leroy
• Le plus élégant: … Puligny Montrachet « Les Pucelles » Anne-Claude Leflaive
• Le plus cher: … Double Magnum Lafite Rothschild 1990
• Le meilleur vin rouge dégusté: … « Poyeux » 2005 du Clos Rougeard des Frères Foucault
• Les meilleurs liquoreux: … Gewurztraminer « Fronhloz » VT Ostertag & Jardin de Babylone, Didier Daguenau
• Les meilleurs rapports qualité-prix: … Les Beaujolais du Domaine de Vissoux, les Muscadet de Jo Landron & les vins de table de François de Ligneris
• Les plus étonnants: … les vins du Prince Makashvilij en Géorgie
• Le plus décevant: … Domaine Trévallon
• Encore plus décevant: … Nuit-St-Georges 1er cru « Corvée » 2002 Prieuré Roch
• La meilleure Bulle : … Champagne Efflorescence de Marie Courtin
• Le gadget: … Le Ravi, rafraîchisseur de vin instantané.
• Et le resto le plus sympa: … l’Envers du Décor à St-Emilion

> Les vendanges 2008 en Italie


Des nouvelles de l'Institut italien pour le Commerce Extérieur





ITALIE : VENDANGES 2008

GÉNÉRALITÉS

Quantité :

En 2008, les vendanges atteindront 44,5 millions d’hl de vin, soit une hausse de 5% par rapport à 2007. Toutefois les volumes vendangés sont bien inférieurs à la moyenne de la décennie 1998/2007 qui était de 50,6 millions d’hl. On observe une grande disparité entre le Centre Nord de l’Italie où les volumes sont tous inférieurs par rapport au précédentes vendanges (à l’exception de l’Emilie-Romagne) et le Centre Sud où les volumes sont tous supérieurs par rapport à 2007 (à l’exception de la Sardaigne).

Qualité :

Selon les premières estimations, la qualité du millésime 2008 est très variable. Bien que les conditions climatiques et météorologiques aient été bizarres, la qualité est globalement bonne avec quelques raisins excellents. L’excellence est surtout de mise au Centre Nord où les conditions favorables des mois de septembre et octobre ont permis d’obtenir le niveau de qualité espéré. Pendant ces deux derniers mois les raisins ont pu bénéficier de journées riches en soleil avec peu de pluies et de bonnes amplitudes thermiques. Ces conditions ont aidé à sauver la récolte alors qu’on craignait pour son niveau de qualité jusqu’à la fin du mois d’août.

Le marché :

Les exportations connaissent une régression au niveau des volumes (-10,2% par rapport à 2007) alors qu’en termes de valeur elles augmentent de 4,8%. Logiquement, le prix moyen du produit exporté augmente de 15,2% et passe de 1,78 Euro à 2,05 Euro le litre. A cause de la situation économique défavorable ainsi que des diminutions des consommations nationales et internationales, les transactions d’achat et de vente sont en baisse. Ceci se traduit évidemment au niveau des prix. En effet, on enregistre des baisses de l’ordre de -20% dans de nombreuses régions. Même les vins d’une tranche de prix plus élevée comme le Prosecco sont touchés par cette baisse.


PIEMONT
Quantité : -10% par rapport aux vendanges 2007

Grâce aux très bonnes conditions climatiques du mois de septembre, on peut affermer que la qualité est excellente. Elle est très bonne avec des pointes d’excellence pour le Nebbiolo et le Barbera d’Asti Superiore. La quantité est cependant en recul de 10%. Le cycle végétatif a connu un printemps pluvieux avec des températures normales. Après une période de débourrement normale, les abondantes pluies du mois de mai et de la première dizaine de juin ont perturbé la nouaison. Cela a engendré la formation de grappes éparpillées et millerandées. Les conditions climatiques défavorables lors de la floraison ont provoqué une hétérogénéité de la production. Quelques zones ont été touchées par des averses, fort heureusement il s’agit de zones relativement limitées. Les vendanges ont démarré avec 20 jours de retard par rapport à 2007. La récolte a débuté à la fin du mois d’août par les raisins Pinot Nero et Chardonnay base spumante Alta Langa. Puis on est passé à celle du Brachetto et du Moscato, qui représente 30% de la production totale régionale. Les vendanges se sont conclues fin octobre par le Nebbiolo, destiné à la production du Barbaresco et du Barolo. Le raisin récolté est généralement très sain et de très bonne qualité. On prévoit qu’à cause de l’excellente qualité et des quantités limitées, les prix seront à la hausse. 

LOMBARDIE
Quantité : -20% par rapport aux vendanges 2007

En Lombardie, on enregistre des diminutions des quantités vendangées de l’ordre de 20%, allant même jusqu’a -30% dans l’Oltrepò et dans le Franciacorta. Mais la qualité est au rendez-vous avec une bonne moyenne et des pointes d’excellence. Les premiers résultats des analyses montrent une bonne accumulation en sucres, une très grande force en acides et une intéressante teneur en polyphénols. Le déroulement du cycle végétatif et météorologique de la Lombardie est très similaire à celui du Piémont. Le débourrement était dans la norme mais les pluies continues ainsi que les attaques de parasites ont provoqué une baisse de la production. Dans certaines zones les grêles ont touché une bonne partie des vignobles, comme dans le Valtellina où le 13 juillet la moitié de la production du Sassella a été endommagée. Généralement, la maturation a été retardée par rapport à l’année dernière mais elle reste toutefois dans la moyenne. En ce qui concerne les prix du marché, on prévoit une augmentation de 10% par rapport à l’année dernière.

TRENTIN HAUT-ADIGE
Quantité : -5% par rapport aux vendanges 2007


Les vendanges ont commencé au même moment que les années précédentes. En ce qui concerne la qualité, on estime la production inférieure de 5% par rapport à 2007 avec des pointes de -10% dans la province de Bolzano. Le cycle végétatif dans toute la région a été caractérisé par un hiver avec des températures moyennes qui se sont maintenues jusqu’en mars. Les nombreuses précipitations pendant le printemps ainsi que celles de juillet (300 millilitres) ont nui à la nouaison ce qui a réduit la dimension des grappes. Le mauvais temps a favorisé les attaques des parasites. Les vins blancs présentent d’excellents niveaux de qualité pour les bases spumante et les variétés aromatiques. En ce qui concerne les vins rouges la qualité s’avère intéressante pour le Pinot Noir, le Teroldego et le Lagrein et moins bonne pour le Merlot et le Cabernet.


VENETIE

Quantité : -5% par rapport aux vendanges 2007

Dans toute la Vénétie le printemps a été caractérisé par d’abondantes précipitations qui ont favorisé la croissance végétative. Jusqu’au mois de juillet les pluies et les bizarreries du temps ont influencé les différentes phases phénologiques de la vigne. Cela a logiquement retardé la floraison normale causant des grappes éparpillées. Puis au cours de la mi-juillet la situation s’est normalisée ce qui a permis une véraison et une maturation normale qui a pris 20/25 jours de retard par rapport à l’année dernière. Les mois de septembre et d’octobre ont été caractérisés par le beau temps et surtout de bonnes amplitudes thermiques entre le jour et la nuit, permettant une bonne maturation des raisins spécialement les blancs. La qualité des raisins est très intéressante, surtout pour ces vins blancs. La qualité des vins rouges est très bonne mais hétérogène en fonction des zones. Au niveau de la quantité on observe une grande différence d’une zone à l’autre, mais généralement on enregistre une diminution de 5%. Les prévisions des prix montrent toutes des diminutions, hormis pour le Valpolicella et l’Amarone dont les prix seront en hausse.

FRIOUL VENETIE JULIENNE

Quantité :-10% par rapport aux vendanges 2007


La période de récolte a été caractérisée par des journées splendides avec des fortes amplitudes thermiques qui ont déterminé la palette aromatique des baies, gonflées et saines. Le rendement raisin/vin est dans la norme pour les vins blancs alors qu’il est légèrement inférieur pour les vins rouges. Dans toute la région on observe une diminution de la production de –10% par rapport à 2007. La qualité est très bonne avec des pics pour les raisins suivants : le Friulano, le Chardonnay et le Pinot Gris. Les vins rouges à base de Refosco et de Cabernet se distinguent. La baisse de production est la conséquence d’un cycle végétatif hétérogène riche en bouleversements. Le printemps a été touché par de nombreuses pluies. Ces pluies ont nettement accéléré la croissance végétative de la vigne et ont occasionné des chutes de fleurs lors de la floraison. Pendant les derniers jours de juin les températures ont augmenté permettant une reprise des conditions idéales pour une bonne maturation. Les grêles de la fin juin et du début juillet ont provoqué des dégâts importants dans certains vignobles.

EMILIE-ROMAGNE

Quantité : égale à celle des vendanges de 2007


Le mois de juin a connu un climat relativement pluvieux avec des températures peu élevées qui ont favorisé le dévoloppement végétatif mais aussi la diffusion des parasites. Les mois de juillet et d’août ont été marqués par des températures assez élevées, qui ont assuré une bonne évolution des processus de maturation et une bonne récupération. Après le 10 septembre les températures se sont beaucoup abaissées avec une bonne amplitude thermique. L’état de santé des raisins est également intéressant. On note toutefois une carence du rendement raisin/vin à cause de la peau épaisse ou, dans d’autre cas, du passerillage des grappes dans les vignobles qui ont subi le stress du manque d’eau. Du point de vue de la quantité on prévoit une augmentation de plus de 10% en Romagne et une diminution de 20% en Emilie. Voici pourquoi on prévoit que la production totale atteindra 6.253.000 hectolitres.


TOSCANE

Quantité :-20% par rapport aux vendanges 2007


Les vendanges sont en baisse de 20% à cause des conditions climatiques et météorologiques anormales que les ceps ont dû subir dans toute la région. Après un hiver qui s’est déroulé de façon normale, le printemps a connu des conditions météoroloqiues médiocres avec des températures en-dessous de la moyenne. Des pluies insistantes et copieuses qui sont tombées après le 20 juin dans toute la région ont favorisé le développement de parasites. Les basses températures ont retardé la floraison et la nouaison. Les grêles ont causé, à partir de la mi-août, des dégâts en Maremme, détruisant une partie de la production dans la zone du Brunello di Montalcino et touchant dans les premiers jours de septembre le Chianti et le Chianti Classico. Les conditions climatiques favorables des mois de septembre et d’octobre avec l’absence de précipitations, ont amélioré la qualité du raisin. On s’attend à des vins de bonne qualité pour tous les types de vins avec différentes pointes d’excellence.

MARCHES

Quantité : +15% par rapport aux vendanges 2007


Selon les dernières estimations on enregistrera une augmentation de 15% par rapport aux vendanges 2007 correspondant à 870.000 hectolitres. Le cycle végétatif a été touché par des conditions bizarres qui ont marqué le cycle végétatif de cette année anormale. Le débourrement a été régulier et homogène. Les mois de juillet et aôut ont été caractérisés par des journées ensoleillées et ventilées avec des températures quasiment toujours supérieures à la moyenne et avec l’absence de précipitations, au point que quelques vignobles ont souffert du manque d’eau. Heureusement les amplitudes thermiques et les pluies du mois de septembre ont permis de revenir à une situation moyenne.


LATIUM

Quantité : -20% par rapport aux vendanges 2007


Selon les derniers calculs, on prévoit une production en baisse de 20% par rapport aux précédentes vendanges. La production s’élève à 1.500.000 hectolitres, diminution qui est due à un rendement raisin/vin inférieur de 5% à la moyenne des dernières années. L’hiver a été modérément froid et les pluies printanières abondantes ont bien alimenté les réserves en eau de toute la région. On s’attend à des vins de bonne qualité pour tous les types de vins avec différentes pointes d’excellence.

ABRUZZES

Quantité : +10% par rapport aux vendanges 2007


Le printemps n’a pas été particulierement chaud et caractérisé par diverses précipitations, ce qui a provoqué un léger retard dans le débourrement. A partir de la fin avriln hormis quelques pluies sporadiquesn les belles journées ainsi que les températures élevées ont favorisé la croissance des ceps et la sortie de nombres grappes bien formées et uniformes pour toutes les variétés. Consécutivement la floraison et la nouaison ont été bonnes du point de vue de l’état de santé grâce à des attaques des parasites qu’on a su garder sous contrôle. La quantité est supérieure de 10% par rapport aux vendanges précédentes en particulier à cause du grand nombre de grappes et de leurs poids respectifs. On prévoit une production totale de 2.400.000 hectolitres de vin contre seulement 2,2 millions d’hectolitres en 2007. La qualité est à considérer comme intéressante à cause des bonnes conditions climatiques des mois de septembre et d’octobre. Les premières analyses revèlent beaucoup de pointes de qualité, en particulièr pour les vins rouges.
CAMPANIE

Quantité : +10% par rapport aux vendanges 2007


La période entre le débourrement et le début de la floraison a été caractérisée par des conditions climatiques favorables. Celles-ci se sont après détériorées au cours de la floraison marquée par une baisse des températures qui ont causé la chute de fleurs. Les températures basses se sont maintenues jusqu’au 20 juin, période pendant laquelle il y a eu d’abondantes précipitations. Les conditions climatiques ont continué pendant toute la période des vendanges ce qui a permis un achèvement de l’accumulation des sucres et une récolte normale et rationnelle. Les raisins sont sains avec des niveaux de maturation excellente. Selon les premières analyses, la qualité est très intéressante avec différentes pointes d’excellence. Le rendement raisin/vin est bon avec une bonne teneur en sucres et l’acidité mesurée est au-dessus de la moyenne. La bonne amplitude thermique entre jour et nuit fait enregistrer un ensemble d’arômes excellents avec un grand équilibre et une belle structure alors que les vins rouges présentent un contenu élevé de substances polyphénoliques et montrent une belle structure harmonieuse.

POUILLES

Quantité : +20% par rapport aux vendanges 2007


De façon générale, la qualité du vin des Pouilles sera très bonne avec des pointes d’excellence. Selon les premières analyses, la qualité est très intéressante avec une bonne force d’acidité et un bon bouquet d’arômes. Grâce aux bonnes conditions climatiques des mois de septembre et octobre on évalue à +20% la production actuelle par rapport à 2007. Cette année, la production de vin atteint 6,8 millions d’hectolitres contre 5,7 millons l’année dernière. Les vendanges ont débuté avec une semaine de retard par rapport à l’année dernière, mais sont dans la norme par rapport aux dernières années. Les prix des raisins sont en baisse de 15% par rapport à l’année dernière à cause des estimations de consommation à la baisse.

SICILE

Quantité : +55 % par rapport aux vendanges 2007


La floraison et la nouaison se sont déroulées de façon normale. On peut dire de même pour la véraison et la maturation pendant la période d’été. La santé des raisins dans toute la région est qualifiable de très bonne. Début septembre il y a eu des journées chaudes qui ont accéléré la maturation des raisins et anticipé la récolte. Les résultats des analyses revèlent un bon rapport acides/sucres et un intéressant rendement raisin/vin. Les vins blancs et rouges ont des bons potentiels et il y aura différentes pointes d’excellence. Au niveau de la production on prévoit une augmentation proche des 55% correspondant à 7,1 millions d’hectolitres, alors que la production n’était que de 4,6 millions l’année dernière.

SARDAIGNE

Quantité : -30 % par rapport aux vendanges 2007


Les conditions climatiques anormales ont divisé l’île en deux parties : le nord et le sud. La zone nord comprend la région d’Oristano, Alghero et Gallura et est caractérisée par un cycle végétatif normal. Au sud de l’île, les pluies hivernales et printanières ont été parmi les plus faibles de la dernière décennie ce qui n’a pas permis de réalimenter les réserves d’eau. Uniquement dans les zones où on a pu irriguer, on a pu sauver la vigne et les raisins. Là où on n’a pas pratiqué l’irrigation, les dégâts sont assez considérables. Même pendant les mois de septembre et octobre il n’y a pas eu les précipitations espérées qui auraient pu sauver les vendanges. Au niveau de la quantité, on estime une baisse de 30% par rapport aux précédentes récoltes. La production totale est de 600.0000 hectolitres, bien loin de la moyenne des 5 dernières années qui était de 900.000 hectolitres. La qualité est très hétérogène : très bonne avec des pointes d’excellence dans la partie nord de l’île et seulement bonne dans la partie sud pour les zones qui ont pu bénéficier de bonnes irrigations. Les prévisions de pénurie ont mené à des augmentations de 15-20% par rapport à l’année précédente.